• 01 82 83 44 91 (prix d'un appel local)
  • contact@statutentreprise.com

Affacturage / factoring : Kesako ? Comment financer sa trésorerie ?

inscrivez-vous

67,1 milliards d’euros, telle était la production des sociétés d’affacturage au cours du premier trimestre 2017 selon l’ASF (Association française des sociétés financières). Soit, une hausse de 8,4 % par rapport à la même période de l’année précédente. Ayant un rythme de croissance annuelle régulier depuis une dizaine d’années, le marché de l’affacturage profite à environ 40 000 entreprises par an en France.

En quoi consiste l’affacturage ?

 

Véritable solution de financement professionnel, l’affacturage (ou factoring) consiste, pour une entreprise, à transférer ses créances commerciales à un établissement financier appelé factor (ou affactureur). Le but est d’en opérer le recouvrement, de pérenniser sa trésorerie et de financer son développement.

Ainsi les sociétés d’affacturage, qui sont souvent des filiales de banques commerciales (Natixis Factor, Eurofactor, BNP Paribas…), proposent 3 services aux entreprises :

  • Le financement : il s’agit d’une solution qui permet à une entreprise de consentir une avance de fonds correspondant à une partie ou au montant total de ses factures.
  • La gestion du poste clients : dans ce cas, l’entreprise décide de confier la gestion de son compte clients à un factor pour qu’elle puisse se concentrer sur son développement. Sont pris en charge par la société d’affacturage : l’imputation des règlements, la relance et le recouvrement, etc.
  • L’assurance crédit : ce service permet aux entreprises de se prémunir contre tout risque d’impayés du fait des défaillances de leurs clients.

 

Comment fonctionne le mécanisme de l’affacturage ?

 

D’abord, il faut noter que le factoring s’adresse aux entreprises, microentrepreneurs et associations exerçant une activité commerciale, libérale ou artisanale. Toutefois, ces entités ne peuvent bénéficier de l’affacturage que si les factures clients concernent des entreprises privées ou organismes publics. Donc, celles des particuliers sont exclues.

Ensuite, un contrat d’affacturage doit être établi entre l’entreprise et l’organisme financier dans lequel seront fixées les modalités de cession des factures. C’est ce qu’on entend par mobilisation des créances.

Puis, l’entreprise peut transmettre la liste de ses clients au factor. Par la même occasion, la société d’affacturage vérifie la solvabilité de chaque client. Si le client est solvable, elle reprend ses factures, et prend en charge le recouvrement et l’encaissement des paiements de ces dernières. Si le client n’est pas solvable, le factor risque de supporter les pertes éventuelles.

Enfin, en guise de rémunération, la société de factoring peut percevoir deux types de commissions :

  • la commission d’affacturage qui rémunère le recouvrement des créances, la gestion des comptes ainsi que l’assurance contre les impayés. Le montant de cette commission peut être prélevé sur le montant des factures à payer ou encore le nombre de factures à traiter.
  • la commission de financement qui correspond à un taux d’intérêt s’appliquant au financement des factures. Selon la Cour de cassation, ce taux doit respecter l’ensemble des règles relatives au taux d’intérêt. Autrement dit, il s’applique sur l’argent avancé et sur la durée du prêt.

Toutefois, des frais de dossiers, et éventuellement des frais de garantie, peuvent être facturés par le factor pour chaque opération réalisée.

 

Les différents types de contrats d’affacturage

En fonction des besoins de l’entreprise, plusieurs types de contrats d’affacturage peuvent être signés :

 

Le contrat classique d’affacturage notifié

S’adressant particulièrement aux petites structures, ce contrat classique permet à l’entreprise de confier tout ou une partie de son poste clients au factor. Ce dernier s’occupe de la relance des factures, et les clients sont notifiés de la présence de la société de factoring auprès de laquelle ils devront effectuer leur paiement.

 

Le contrat d’affacturage notifié non géré

Dans ce type de contrat, le client est notifié de la présence de la société de factoring en cas de problème avec l’entreprise. Mais, l’entreprise garde toujours la gestion du poste clients. L’affacturage notifié non géré convient aux entreprises de taille plus importante.

 

Le contrat d’affacturage confidentiel

L’entreprise ne change rien de son mode de facturation. Les clients continuent à régler leurs factures sans savoir l’existence du contrat d’affacturage. Donc, lorsque le factor reçoit les factures envoyées par l’entreprise, ce dernier procède au financement. Et, dès que l’entreprise reçoit l’encaissement, elle doit aussitôt régler le factor.

 

Le contrat d’affacturage sans recours

Si les factures ne sont pas payées aux échéances, la société d’affacturage assumera les risques d’impayés. En effet, cette dernière prendra en charge toute la gestion du poste clients, sans pouvoir recourir à l’entreprise. En revanche, s’il s’agit d’un contrat avec recours, le factor pourra prévoir une garantie contre les impayés.

 

Le contrat d’affacturage de balance

À la différence d’un affacturage classique, l’affacturage de balance permet au factor de financer le solde de la balance client et non chaque facture. Ainsi, il n’y a aucun changement au niveau de la manière de facturer ni des relations avec les clients.

 

Les avantages et inconvénients du factoring

Ce mode de financement alternatif offre de nombreux avantages évidents aux entreprises :

  • Optimisation de la gestion de trésorerie
  • Élimination des risques d’impayés
  • Assurance de recouvrement
  • Meilleure évaluation du risque client
  • Rapidité de financement (en 72 heures via l’affacturage 2.0)
En revanche, l’affacturage présente quelques inconvénients :
  • Risque de dégradation des relations entre fournisseur et client
  • Cout relativement important
 

Laissez une réponse

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>